Alcool assistance

Alcool assistance La croix d'or - Vanves
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Trop de silence sur ce sujet

Aller en bas 
AuteurMessage
lancia75

avatar

Nombre de messages : 304
Age : 72
Localisation : Paris 14
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: Trop de silence sur ce sujet   Dim 1 Juil 2007 - 16:06

Message d'une jeune fille qui rencontre l'amour de sa vie et découvre qu'il est alcoolique. Elle veut l'aider mais ne sait pas que c'est une"maladie" et qu'il ne pourra pas s'en sortir seul. Trop d'ignorance encore non seulement des malades mais aussi de l'entourage.


Au printemps 2006 j’ai rencontré l’homme de ma vie.
Il était russe et dépaysant, mais avait gardé certains stéréotypes de son pays malheureusement.

Nous nous sommes vus et revus, puis tout est allé très vite. Une soirée avec des amis à lui, une soirée avec des amis à moi, beaucoup de fêtes et beaucoup d’alcool, mais qui résiste à un Martini en pleine effervescence de fête ? Je ne me fais donc pas de souci, il boit, mais moi aussi.

Notre première nuit ensemble fut un vrai délice, même si le délice fut éthylique. Nous étions partis d’une pré-soirée pour échoir à 5 heures du matin dans un squat d’artistes, en plein été, à attendre le soleil se lever. La fatigue et l’alcool aidant, nous nous étions pris la main, nous nous étions rapprochés et embrassés, puis nous sommes rentrés au petit jour et il m’a déposée devant le pallier.

Tel est ainsi mon premier souvenir avec lui... j’appris par la suite, que lui ne s’en souvenait pas ! Pour lui, notre premier soir ensemble fut le suivant, qui m’est apparu comme catastrophique pourtant. Nous étions allés voir un carnaval de rue, il était 15 heures et lui buvait déjà. Je trouvais ça tout de même bizarre. Encore plus bizarre que le fait qu’il ne m’ait pas embrassé à mon arrivée. A 17 heures, il était fin bourré, mais je me consolais du fait que nous nous étions entre temps rapprochés. A 19 heures, nous rentrions chez lui, accompagnés par un ami à lui, et une amie à moi.

Le dîner se déroulait accompagné à chaque fin de plat d’une grande rasade de vodka. J’étais bizarre, et ça se sentait. Mon amie me demanda alors ce qui se passait, et je lui avouai, à moitié honteuse «je crois que l’homme de ma vie a un sérieux problème de bouteille». La voici qui, aidée par la vodka, fondit en larmes. Les deux autres zigotos dessaoulant soudain, me demandèrent ce qui se passait « euh non, rien, elle pense à sa grand-mère malade » (et le pire, c’est qu’ils m’ont cru !). Je filai dans la cuisine avec la dite amie, la conjurai de se calmer, la suppliai de me croire, car moi j’allais réussir à l’aider, ce grand russe aux yeux si bleus. Sa mélancolie alcoolique ne pouvait être que passagère, j’allais lui redonner le goût de vivre.

Cependant, je n’y suis jamais arrivée. Chaque soirée je le voyais boire, chaque soirée il me promettait qu’il arrêterait. Chaque soirée, il me disait que cinq bières ce n’était pas grand-chose, chaque soirée il finissait à la vodka.

Je n’ai vraiment voulu admettre le problème et l’irrévocabilité de celui-ci que lors d’une grave crise de jalousie. M’ayant vu avec un jeune homme suspect, il s’est enfermé dans son mutisme, a bu jusqu’à plus soif, s’est étonné que je le foute à la porte, et est rentré chez lui. Mais non sans heurts, appris-je le lendemain. Sur la route, il s’était trouvé une nouvelle bouteille de Cognac, l’avait descendue d’un trait, avait titubé pendant 3 heures, alors qu’on n’habitait qu’à 20 minutes l’un de l’autre. Quand il m’apprit la chose le lendemain, à moitié bourré bien sûr, j’ai dû admettre que je n’arriverai pas à le sauver. Qu’il était peut-être l’homme de ma vie, mais qu’il avait d’abord besoin d’une sérieuse cure de désintoxication.

L’homme de ma vie ne va pas mieux, mais moi je sais désormais résister aux Martini, même lorsque l’ambiance bat son plein. A chaque soirée avec lui, je continue à ressentir l’ambiguïté d’une relation qui n’est pas tout à fait finie. Puis je le vois continuer à boire, et je me dis que la mélancolie est certes charmante, mais qu’il devra apprendre à faire des choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Trop de silence sur ce sujet
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POEME pour nos ami(e)s
» Le sujet d'anglais au bac 2016 était-il trop dur ?
» Il est trop tard...
» La peine de mort coûte trop cher ....
» mon exposé est trop long!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Alcool assistance :: Entourage des malades alcooliques-
Sauter vers: